Maman, Papa : c’est quand qu’on rentre à la maison ?

Maman, Papa : c’est quand qu’on rentre à la maison ?

Le Plan Annuel de Mutation est tombé. C’est la cata, tous vos sens se trouvent en alerte rouge. Pour vous, ce sera Toulon. Prise d’affectation d’ici quatre mois. C’est formidable du point de vue professionnel, mais que dire du point de vue familial ? Mère indigne que vous êtes ! Vous allez devoir enlever vos enfants, Chiara et Lucas, du lieu de vie auquel ils sont habitués. Vous vous sentez découragée d’avance. Et ce n’est pas Émilien, votre mari (la force tranquille), qui va vous épauler : « T’inquiète, ça va aller, arrête de stresser tout le temps ». OK, mais concrètement comment annoncer la nouvelle à vos petits chéris ? Et une fois sur place, vont-ils réussir à s’intégrer ? Comment les soutenir et quelle attitude adopter, vous, parents ?

Avant le déménagement

Vous venez d’apprendre à vos enfants que Maman est mutée et n’avez que quelques petits mois pour faire vos cartons. Chiara, 5 ans, vous regarde sévèrement et sans un mot, part dans sa chambre. Lucas, âgé de 4 ans, doudou (dit Gaston) à la main et bouche pleine de chocolat, vous tend les bras. Tant pis pour votre robe. L’annonce est dure à avaler pour vos chérubins. 

Préparez-les au changement

Vous devez leur expliquer ce qui les attend. Ne le faites pas trop tôt, précisez-leur les avantages et inconvénients, en toute franchise. 

Pour eux, un déménagement signifie bouleversement, stress, recommencer tout à zéro (nouvel environnement, école, amis…). D’où l’importance de les impliquer, c’est un projet de famille. 

💡 Lisez-leur des livres sur le sujet.

💡 Proposez-leur de réaliser ensemble un calendrier illustré, avec une photo de votre prochaine maison au-dessus du jour J. Ainsi, ils pourront mieux envisager leur avenir.

💡 Faites-les participer à la décoration de leur future chambre.

💡 Encouragez-les à fabriquer leur propre carton customisé avec à l’intérieur les effets auxquels ils tiennent.

Aidez-les à visualiser leur nouvelle vie 

Chiara crie que c’est injuste, qu’elle ne veut pas vivre ailleurs et que nous n’avons qu’à y aller tout seuls ! Si c’est possible, proposez-lui de vous y rendre le temps d’un week-end en famille, par exemple dans le cadre de la reconnaissance d’affectation. Attisez leur curiosité en visitant le quartier, les parcs, la piscine et d’autres endroits qu’ils affectionnent. Vos enfants pourront mieux s’approprier et concrétiser le projet.

L’installation

Offrez-leur l’occasion de se familiariser avec leur nouveau milieu

À peine arrivé dans votre logement neuf, Chiara s’empare du carton posé dans sa chambre. Bien vu ! Vos loulous ont besoin de retrouver leurs repères, ils se sentiront un peu plus chez eux. 

Vous chuchotez à l’oreille de Lucas que vous prévoyez une fête ce soir. Au programme, tout ce qui leur est normalement interdit : pizza, coca, jeux, bonbons, musique, histoire de marquer le coup ! 

Au coucher, vous leur dites que le jour de la rentrée scolaire, vous irez découvrir l’école de Chiara. Vous y rencontrerez la directrice, son instituteur, d’autres copains et copines. Vous expliquez à Lucas que vous visiterez sa halte-garderie et qu’il l’intégrera progressivement.

Lucas demande à aller faire du vélo. Excellente idée !

🥰 Vivez des moments agréables avec eux : allez vous balader, jouez à cache-cache, même si vous avez passé l’âge.

🎨 Suggérez-leur également des activités intérieures comme les mandalas, la peinture, l’initiation au yoga (depuis le temps que Chiara vous le réclame !). 

Profitez de ce changement pour instaurer une nouvelle organisation

Essayez aussitôt de recréer des habitudes qu’ils connaissent et qu’ils seront ravis de retrouver (lecture du soir, instants câlins…). 

Établissez en famille les nouvelles règles et la manière dont les choses vont se dérouler dorénavant. 

👉 Lire aussi Importance de la lecture du soir : ne passez pas à côté !

Apportez-leur votre aide

Ces premières semaines, Lucas s’accroche constamment à vous, un vrai scratch ! Vous avez même l’impression qu’il régresse, il recommence à faire pipi au lit et demande sans cesse à dormir avec Papa et Maman. Chiara fond en larmes pour un rien, fait des caprices et agresse ses camarades de classe.

Lâchez prise, diminuez vos exigences envers eux. Exprimez-leur les limites sans pour autant être trop sévères. Soyez compatissants, un soutien de la part des personnes qui les aiment les aidera à surmonter cette période chagrine.

Rapprochez-vous des associations de familles de militaires, comme l’ANFEM, de groupes d’entraide ou des interlocuteurs de l’Action Sociale des Armées de votre unité de rattachement. Développez votre réseau en côtoyant votre voisinage. Les enfants se réjouiront de rencontrer de nouveaux amis.

Les premiers mois

Invitez-les à s’exprimer

Voilà deux mois que vous êtes installés, Chiara vous boude toujours, vous et Émilien. Vous avez pourtant essayé à maintes reprises de l’interroger sur son ressenti. Ne soyez pas abattus, un moment d’acclimatation leur est nécessaire. Vous êtes disponibles, à son écoute. 

Laissez vos bambins venir vers vous, vous poser des questions. L’essentiel est qu’ils ne soient pas mis à l’écart ou incompris. Rappelez-leur qu’ils ont le droit d’être tristes ou en colère, que vous entendez. 

Incitez-les à exprimer leurs craintes. Pour cela, vous pouvez établir un tableau des « ça fait peur / ça fait envie ». Demandez-leur d’y inscrire les aspects positifs et négatifs face à ce changement. Ils devraient observer une attitude plus constructive et concrète.

Soyez positifs !

Accompagner vos enfants dans leurs émotions nécessite que vous soyez au clair avec les vôtres ! Votre comportement d’adulte exerce une grande influence sur vos pitchounes. Montrez-vous enjoués et enthousiastes. Et surtout, faites-leur confiance !

Abordez sereinement le processus d’adaptation

Alors que Lucas semble plutôt bien s’habituer à ce nouvel endroit, Chiara vous préoccupe toujours. Depuis quelque temps, elle invente des sottises et en rit de manière goguenarde. Vous en parlez à Émilien qui vous demande d’arrêter de culpabiliser et vous répète que ce n’est rien, que cela va passer. Facile à dire Mimile ! En effet, vous avez le droit de vous faire du souci, mais pas de vous sentir responsable. 

Vous pouvez recourir à des appuis extérieurs, tel qu’un(e) psychologue ou un(e) psychoéducateur/trice. Ils vous donneront des conseils et astuces, vous guideront pour aborder sereinement cette étape.

⏩ Vous souhaitez aider votre enfant à exprimer son ressenti ? Découvrez la roue des émotions de la MiliKids Collection, disponible en livraison ou téléchargement.

« Voilà, c’est fait ! ». Soyez optimistes, honnêtes envers vos enfants et avec vous-même. La règle d’or est de communiquer et d’instaurer des rituels. Ne tremblez pas pour vos trésors, ils ont une capacité phénoménale d’adaptation ! En prime, cela les renforce face aux situations inhabituelles. Ils gagnent confiance en eux, s’enrichissent personnellement. Et surtout, ils deviennent plus autonomes et indépendants. Alors vous décidez de fêter ça ! Vous entraînez la petite famille au restaurant en bord de mer. Chiara vous dit que c’est beurk de croquer des poissons et Lucas demande si Gaston pourra manger des « fiites ».

 

Laurence Malin, pour les Éditions Pandoure.

 

Sources :

Centre de Ressources pour les Familles Militaires Valcartier : Guide de mutation

Groupe UNEO — Nouvelle affectation : les conseils utiles pour une installation réussie

Formeduc : Aider l’enfant à intégrer un nouveau milieu

Courrier international : Enfants expatriés, les aider à s’adapter

 

Pssst ! Vous aimez le fait maison ? Alors ce qui suit devrait vous plaire !

Les Editions Pandoure vous offrent un magnifique cahier d'activité pour enfant. Coloriage et jeux à gogo au programme pour occuper les enfants n'importe où, n'importe quand ! Il suffit de télécharger le cahier et de l'imprimer. Il a été conçu spécialement pour ça. Un jeu d'enfant !

Télécharge le coloriage :

Formulaire envoyé avec succès